Contact | Membres connexion | Nederlands

Éthique

Code Europeen de deontologie pour medecins homeopathes

Les principes de base de code.

Pour une pratique professionnelle de grande qualité on peut distinguer cinq niveaux ou aspects :

  1. Les principes des relations humaines incluent les droits fondamentaux de l'homme et sont le fondement de l'ordre légal : le droit d'inviolabilité de la personne humaine, le droit à la vie privée, le droit de libre choix, le droit à des soins de qualité, etc...
  2. Les principes d'assistance:
    • focalisant son attention sur l'intérêt du patient;
    • respectant les diversités individuelles ;
    • considérant que les êtres humains sont conditionnés par un grand nombre de facteurs internes et externes qui s'influencent mutuellement (constitution, mode de vie, environnement, etc...)
  3. Critères de base pour l'attitude du praticien.
  4. Critères de base pour une action thérapeutique.
  5. Critères de base dans la pratique de tous les jours.

Les principes auxquels il est fait référence dans les deux premiers aspects ne seront plus détaillés plus loin parce qu'ils sont les conditions préalables à toute assistance professionnelle. Cela s'applique également pour les critères de base définis dans les aspects 3, 4 et 5. Mais des caractéristiques spécifiques à la pratique de l'homéopathie s'entremêlent avec eux. C'est pourquoi, notre attention va se porter sur ces caractéristiques spécifiques.

Le code lui-meme.

A. Au sujet des relations médecin-patient.

Le médecin homéopathe ne doit pas trahir la confiance de son patient (par exemple en appliquant des traitements non nécessaires ou en prescrivant des médicaments inutiles ou en suscitant et en augmentant sa peur).
Le traitement ne doit pas violer l'intégrité du patient :
aucune pression ne sera exercée sur le patient, le médecin donne seulement un avis ;
toute action est destinée à rendre (et maintenir) le patient indépendant de son traitement le plus rapidement possible;
le patient sera traité d'égal à égal ;
la responsabilité propre du patient sera respectée;
le patient a le droit de consulter un autre thérapeute;
le médecin homéopathe tiendra compte de la philosophie de vie du patient.
Le médecin homéopathe accordera une attention suffisante aux problèmes de son patient et prend le temps nécessaire pour la consultation.
Le médecin homéopathe appliquera uniquement les traitements pour lesquels le patient a donné son consentement (après avoir été suffisamment informé).
Le médecin homéopathe établira avec son patient une relation basée sur une confiance mutuelle de façon à ce que le patient puisse faire part à son médecin de toutes ses souffrances, de tous ses problèmes ou d'un désaccord.
Le médecin homéopathe ne divulguera aucune information révélée par un quelconque patient lui ayant fait la confiance d'entreprendre avec lui une relation professionnelle, excepté: lorsque ceci est requis par la loi;
en cas d'urgence ou dans une autre situation dangereuse où, de l'avis du médecin, l'information peut être utile pour la prévention   d'un accident possible pour le patient ou pour une autre personne ; lorsque le patient a consenti et défini la nature et l'étendue de la divulgation.
Le médecin homéopathe pratiquera sous son propre nom, même en cas où il est associé dans un groupe de praticiens.
Le médecin homéopathe gardera une position indépendante vis-à-vis des institutions commerciales ou de personnes exerçant dans le domaine médical et pharmaceutique.
Le médecin homéopathe est autorisé de refuser de soigner un patient plus longtemps si, en toute impartialité, il(elle) ne peut s'attendre à pouvoir commencer (ou continuer) le traitement par exemple si le médecin n'est pas qualifié ou capable d'accomplir certains actes nécessaires (ou qu'il n'est pas capable d'apporter aucune aide supplémentaire) ou si le médecin s'est forgé l'opinion qu'une relation basée sur la confiance mutuelle n'est plus possible ; dans ce cas, il (elle) notifiera au patient ses raisons et aidera le patient, si nécessaire, à trouver une autre assistance médicale.

B. Au sujet de la thérapie.

Dans chacune de ses actions, le médecin homéopathe est conscient que l'être humain est conditionné par un très grand nombre de facteurs externes et internes qui s'influencent mutuellement (constitution, environnement, mode de vie, etc...)
Il est préférable que le médecin ne supprime aucun symptôme si cela peut être nuisible pour le patient dans sa totalité.
Une distinction devrait être faite entre les traitements suppressifs ayant une action à court terme et un traitement global qui vise à l'amélioration générale à long terme de l'état du patient. Si la vitalité du patient le permet, la priorité doit être donnée à cette deuxième possibilité.
La prévention et les conseils au sujet des relations entre le mode de vie et les plaintes aussi bien que l'explication sur le choix du traitement devraient avoir la priorité dans le processus thérapeutique.
Dans toutes ses actions, le médecin homéopathe devrait tenir compte du pouvoir d'auto-guérison de l'être humain comme principe de base ; ce pouvoir devrait être soutenu, réveillé ou activé mais seulement très exceptionnellement contrarié.
Le traitement doit avoir pour but de rendre possible le développement et l'évolution du patient comme individu libre, surmontant ses problèmes ou sa maladie tout en prévenant toute dépendance.
Le médecin homéopathe aura acquis les techniques - par une formation suffisante - pour la pratique de sa profession de façon à pouvoir faire un usage approprié du matériel d'investigation médicale à sa disposition.
Le médecin homéopathe sera familiarisé avec les possibilités et les limites aussi bien de la médecine conventionnelle (diagnostic, pronostic et traitements) que de l'homéopathie.
Si il (elle) considère qu'un traitement homéopathique est indiqué, il (elle) doit être capable de le mettre en œuvre et de l'évaluer en accord avec les principes de l'homéopathie.
Le médecin homéopathe gardera ses connaissances, sa formation et son expérience au niveau suffisant requis en suivant des cours de remise à niveau et de formation continue, en gardant des contacts avec ses collègues et en se référant à la littérature professionnelle.
Le médecin homéopathe s'abstiendra d'entreprendre des actions pour lesquelles il (elle) n'a pas été formé.
Le médecin homéopathe assurera personnellement la pleine responsabilité de toutes ses interventions thérapeutiques (et il ne s'en déchargera pas sur d'autres : fabriquant de médicaments, auteurs, etc...) dans le cas où il déléguerait des activités à d'autres praticiens de santé (non reconnus) la responsabilité finale reste dans le chef du médecin référant.
Le médecin homéopathe ne jettera pas le discrédit sur sa profession ; il ne la critiquera pas, ni ne la condamnera ou ne dénigrera pas un confrère ou un membre d'une autre profession de santé, mais il fera preuve de respect pour eux.
Le médecin homéopathe fera son possible pour consulter et collaborer avec d'autres prestataires de soins de santé dans l'intérêt du bien-être individuel de ses patients ; il adressera des patients à un confrère là où les examens ou les traitements ne sont plus de ses compétences, tout comme à un autre prestataire de soins appropriés dans le cas où le patient pourrait être mieux aidé ailleurs ; il (elle) se gardera d'actions non désirables dans l'intérêt du patient ; il (elle) rendra compte, uniquement si le patient y consent, de ses actions thérapeutiques aux médecins à qui il adresse le patient ainsi qu'aux autres praticiens de santé qui prennent part au traitement du patient.
Le médecin homéopathe fera connaître les résultats de ses recherches ou de son expérience clinique d'une manière honnête et exacte sans déformer les faits et il ne gardera pas pour lui des connaissances ou méthodes nouvelles de traitement ; il ne préconisera pas ou ne laissera pas croire au secret d'une méthode exclusive de traitement capable de provoquer des guérisons extraordinaires.
13. Le médecin homéopathe n'acceptera aucun ordre contraire à l'éthique de sa profession.

C. Au sujet de la pratique de tous les jours.

Le médecin homéopathe maintiendra ses honoraires à un niveau correct.
Le médecin homéopathe sera disponible à des jours et à des heures clairement indiqués.
Le médecin homéopathe veillera à la continuité des soins pour ses patients ; le médecin ne traitera le patient que si le cas relève de sa compétence.
Le médecin homéopathe utilisera une méthode d'évaluation précise ou établira un plan du traitement - en accord avec le patient - dans lequel un premier objectif est défini et dans lequel est décidé du moment où une première évaluation des résultats du traitement sera faite (cette première évaluation ne doit pas avoir lieu après plus de trois mois de traitement).
Le médecin homéopathe conservera fidèlement et minutieusement le dossier du patient et rassemblera seulement les données qui sont nécessaires à son traitement ; les dossiers sont conservés dans un endroit sûr et confidentiel à tous moments et accessibles uniquement au médecin, à ses assistants et ses employés, à moins que le patient n'ait donné son consentement pour qu'il en soit autrement; suivant la requête du patient de fournir un relevé de son(ses) traitements ou d'expédier son dossier à un autre collègue, le médecin doit communiquer sur le champs toutes les données et les informations essentielles contenues dans le dossier.
Le médecin homéopathe disposera de locaux, de l'équipement et des instruments en bon état, hygiéniques et respectera la vie privée de ses patients.
Le médecin homéopathe n'est pas autorisé à vendre lui-même ou par l'intermédiaire d'un pharmacien recommandé, les préparations prescrites ou conseillées à moins que cela ne soit autorisé par les autorités sanitaires; il n'est pas autorisé non plus à recevoir des commissions pour des préparations prescrites ou conseillées ; une pharmacie de médicaments pour administration immédiate est autorisée.
Le médecin homéopathe annoncera d'une manière adéquate et professionnelle le public de l'emplacement de son installation et de sa pratique spécialisée de l'homéopathie.
Le médecin homéopathe autorisera l'inspection de ses locaux par les autorités reconnues et aussi, si nécessaire, des dossiers de ses patients (soumis au consentement écrit de la part du patient) par les mutuelles

Federation Nationale des mutualités Chretiennes: 20% sur le prix des medicaments homeopathiques, d'une liste restreinte, prescrits par un medecin.
plafond limite a 74,37 euro par an; sur demande speciale.

Federation Nationale des mutualités Socialistes: 20% sur le prix des medicaments homeopathiques, d'une liste restreinte, prescrits par un medecin.
plafond limite a 74,37 euro par an; sur demande speciale.

Federation Nationale des mutualités Libres: 30% sur le prix des medicaments homeopathiques prescrits par un medecin, plus 12,39 euroa la premiere consultation chez ce medecin.
plafond limite a 74,37 euro par an pour les medicaments; sur demandes speciales.

Federation Nationale des mutualités Neutres: 50% sur le prix des medicaments homeopathiques prescrits par un medecin, plus 9,9 euro a chaque consultation chez un medecin, maximum 6 fois par an.
plafond limite a 74,37 euro par an pour les medicaments; sur demandes speciales.

Aidez-nous à faire un pas pour la recherche en homéopathie en faisant une donation. Cliquez ici pour plus d'informations!

Recherche
Unio Homeopathica Recherche

19 mai 2017

Colloque DynHom 2017 : présentations (PowerPoint & PDF) et Vidéo

21 janvier 2017

DynHom, notre projet de recherche

17 avril 2014

Réaction de la Britisch Homeopathic Association concernant le rapport...


Nouvelles
Unio Homeopathica Nouvelles

25 septembre 2017

Voici une interview publiée dans le complément de l’hebdomadaire KNACK du...

29 mars 2016

Occasion unique pour visiter les locaux du Remedy Bank & Jardin Hortus...

12 janvier 2016

Voici un document de promotion du journal HOMEOPATHY.